Gent masculine & plaisir anal

flower

©Quentin Longrée- 07/05/2022

Voici un article de Quentin Longrée, sexologue d’Arcan 11.

***

Dans notre société, les pratiques sont diverses et variées en ce qui concerne la sexualité. Nous vivons une époque où on peut parler de tout sur internet, trouver toutes sortes de témoignages et partager une expérience vécue avec d’autres internautes.

 

Malgré toutes ces possibilités, une chose semble souvent poser un problème pour la gent masculine : le plaisir anal (ou autre pratique qui fait intervenir la pénétration). Comme si le simple fait d’être du genre masculin déterminait que le plaisir anal n’est possible que pour les homosexuels…

 

Il suffit de regarder les discussions sur les réseaux sociaux : encore actuellement, une personne masculine qui éprouve du plaisir par la pénétration anale aura tendance à être perçue comme une personne homosexuelle. Beaucoup de quolibets utilisent ces raccourcis éculés. Malheureusement, à cause de cela, beaucoup de personnes n’osent pas parler librement de ce qu’elles aiment au niveau de la sphère sexuelle.

banane

Genre, orientation et pratiques sexuelles :

Il faut garder en tête une chose : l’orientation sexuelle n’est pas déterminée par le simple plaisir sexuel. Cela veut dire que ce n’est pas parce qu’on aime la sensation de la pénétration anale qu’on est de facto homosexuel. L’orientation sexuelle est l’attirance (ou non) qu’on peut avoir envers une personne. Or la pénétration anale ne fait pas référence à une personne/genre en particulier.  Pour preuve, tous les genres peuvent apprécier la pénétration anale, on peut se documenter facilement sur les techniques de « pegging » par exemple.

 

Le pegging (ou chevillage) est une pratique sexuelle dans laquelle une femme ou un homme pratique le coït à l’aide d’un gode ceinture sur un homme (sexe anal et/ou buccal) ou sur une femme (sexe anal, vaginal et/ou buccal). Wikipedia

 

Le sphincter anal est un orifice commun à chaque sexe. Nous pouvons alors poser l’hypothèse que les sensations seront les mêmes quelles que soient les personnes concernées. De plus, chez les hommes biologiques, il y a une glande qui, quand elle est stimulée, peut augmenter le plaisir : la prostate.

La cavité anale recèle des récepteurs sensitifs. Ceux-ci peuvent provoquer du plaisir lors d’un rapport sexuel. De plus, la stimulation de la prostate peut être tout à fait satisfaisante et déclencher, selon les dires des praticiens, des orgasmes bien plus intenses. Et quelle est la meilleure manière d’aller stimuler cette glande que par l’insertion dans l’orifice anal ?

Physiologie de l'appareil reproducteur masculin

Mais d’où vient cette gêne ?

Certains diront que c’est la crainte d’être associé aux homosexuels. Nous pouvons critiquer cette affirmation assez facilement par le raisonnement tenu ci-dessus mais on peut argumenter qu’être homosexuel n’est pas dégradant et que cela n’a aucune incidence sur la personne que nous sommes.

 

Maintenant, il peut également y avoir la peur de la stigmatisation et du « qu’en dira-t-on », ce sur quoi nous avons relativement peu de prise…

 

Nous sommes au XXIème siècle et il semble important de rappeler que chaque personne peut faire ce qu’elle veut avec son corps sans craindre le jugement d’autrui. Chaque personne peut jouir de son corps et en prendre soin comme elle le désire, il en va de même pour le plaisir (tant qu’on respecte certaines règles légales et de bienséance dans notre société).

anal arcan 11

Zoom historique :

Quand nous regardons l’Histoire, on voit que les rapports anaux ont toujours existé.

 

Dans l’Antiquité, ils servaient à asseoir une forme d’autorité: un maître pouvait sodomiser un esclave ou un centurion pouvait sodomiser un légionnaire. Mais l’inverse ne se faisait pas, cela aurait été dégradant, humiliant. Dans certains cas, cette pratique se faisait également entre les précepteurs et leur élève, dans un but éducationnel.

Cette conception est peut-être toujours d’actualité de nos jours chez certaines personnes. Se faire sodomiser pourrait être synonyme de soumission à l’autre et poser des problèmes au niveau narcissique.

 

Durant le Moyen-Age, la religion s’en mêle et tout le monde sait que religion et sexualité, cela ne fait pas toujours bon ménage. En effet, l’heure est au prosélytisme et à l’expansion de la foi chrétienne (en ce qui nous concerne). Le mot d’ordre est de convertir son voisin et faire plein de gosses bien religieux. Il est assez simple de conclure que les pratiques sexuelles non procréatrices sont proscrites. La masturbation et la sodomie passent à la moulinette. Les personnes pratiquantes vont jusqu’à être jugées pour cela.

 

Dans le reste de l’Histoire, et jusque récemment, la sodomie et plus largement le plaisir anal sera associé et réservé à la communauté homosexuelle masculine. Viendra ensuite, à la fin des année 1970, la découverte du SIDA ainsi que les ravages qu’il peut occasionner.

Pour résumer :

Nous allons tenter de faire une brève synthèse de tout cela.

 

Le plaisir anal est très souvent associé à la sodomie. Elle existe depuis toujours mais sera jugée négative à partir du Moyen-Age, associée à la communauté homosexuelle masculine.

 

Dans la fin du XXème siècle, le plaisir anal est synonyme de mauvaise hygiène, risque de contracter le SIDA et donc de mourir. Donc, de manière tout à fait de mauvaise foi, le plaisir sexuel anal est sale, immoral, dégradant et stigmatisé (mais au moins il ne fait pas grossir).

 

Que de jugement pour une activité qui a pour simple but de nous permettre d’éprouver du plaisir et/ou d’en donner…

 

Finalement, est-ce normal d’apprécier la pénétration anale pour se faire plaisir ? Bien sûr que oui !

 

Cela peut sembler peu commun et peu de gens en parlent ouvertement. Pourtant, ce n’est pas un plaisir réservé à un ensemble réduit de personnes ! Toutes les parties du corps peuvent être des zones érogènes selon les spécificités et les désirs de la personne.

 

Amusez-vous bien !

Il y a quand même l’une ou l’autre règle à respecter !

 

  • Bien nettoyer les sex-toys avant et après l’utilisation. Ne pas utiliser des nettoyants abrasifs qui pourraient dénaturer l’objet.
  • Choisir un sex-toy avec une base plus large que le corps de l’objet afin d’éviter les absorptions.
  • Y aller progressivement et s’entrainer ! L’anus n’est pas un sphincter extensible à l’infini et il doit être préparé s’il veut accueillir un objet.
  • LUBRIFIANT !!!! BEAUCOUP !!!! TOUT LE TEMPS !!!! Plus d’info sur les lubrifiants ici : https://arcan11.com/2022/04/09/les-lubrifiants-lesquels-utiliser

***

N’hésitez pas à jeter un œil sur le site de Quentin : https://quentin-longree.be/

drap froissé

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.