Interview d’une Super-Maman sportive

©Adrienne Mahiels– 02/07/2022

Le sport et la grossesse, deux choses incompatibles selon vous ?

 

Emilie, anciennement owner (propriétaire) d’une salle de Crossfit et athlète accomplie, nous démontre qu’il est possible de conjuguer parfaitement les deux. Elle a accepté de nous parler de sa vie de Super-Maman !

Comment s’est passée ta grossesse sportive ?

Très bien ! J’ai pu m’entraîner jusqu’à la veille de l’accouchement ! Entrainement jusqu’à post terme (1 semaine après terme). J’ai bougé tout le long de ma grossesse, en adaptant les mouvements bien entendu, surtout lors du dernier trimestre. Ça fait du bien au moral et au corps.

 

Ça me faisait du bien pour la circulation du sang parce qu’au bout d’un moment, l’utérus pousse sur les veines et donc les jambes deviennent lourdes et le sang circule mal. Garder une activité sportive m’a beaucoup aidée à ce niveau-là, je n’ai pas dû porter de bas de contention.

Avais-tu des craintes vis à vis de ton sport avant ta grossesse ?

Je savais qu’en tombant enceinte je mettrai 1 an et demi entre parenthèse au niveau sportif et j’ai donc voulu vivre toutes mes expériences avant d’avoir un enfant. J’ai fait pas mal de compétition etc.

 

Pareil sur le plan privé. Je voulais vivre des moments seule ou avec mon mari avant d’avoir un enfant. Je trouve que c’est important de construire d’abord le couple en lui-même car c’est un défi d’être parents !

 

Après avoir décidé d’avoir un enfant, le sport ne m’a pas freinée car je sais ce dont le corps humain est capable et, surtout, je sais que j’ai la détermination et la motivation pour revenir en forme après ma grossesse.

emi 3 semaines

Emilie à 3 semaines de grossesse

As-tu été suivie par des spécialistes ?

Bien entendu un gynécologue mais j’ai également rencontré d’autres spécialistes pour être prête car le gynéco n’est là que pour l’acte médical.

 

J’ai donc suivi une préparation à l’accouchement avec une sage-femme, également une préparation à l’allaitement, j’ai fait de la sophrologie pour la gestion de la douleur et j’ai consulté un ostéo pour préparer le bassin.

 

Côté sportif, j’ai été suivie par Carine, une coach spécialisée dans la rééducation du diastasis (écartement des muscles abdominaux : les grands droits).

Durant la grossesse, les grands droits s’allongent de 15 cm. C’est important qu’ils s’allongent bien pour laisser de la place à l’utérus et donc au bébé. Par prévention, j’ai commencé un suivi avec elle dès que je suis tombée enceinte car j’avais des grands droits fort toniques et je risquais plus qu’une autre femme qu’ils s’écartent d’un coup et forment un écart trop important après avoir accouché.  Le but n’est pas qu’esthétique, c’est surtout pour éviter que les organes se fraient un chemin dans ce trou.

Comme toute femme enceinte, j’ai eu un diastasis mais il n’a pas été trop important. Je continue à faire mes exercices et il est quasi refermé. De plus, j’ai appris beaucoup de choses sur les abdos grâce à Carine.

diastasis

Diastasis – https://www.musculaction.com

Quelles ont été tes difficultés durant ta pratique sportive ?

C’était assez compliqué mentalement. Je devais accepter de ne plus savoir et ne plus pouvoir faire certains exercices. Cependant, j’arrivais à bouger mon corps assez facilement (burpees et squat jusqu’à la fin de la grossesse, notamment) avec l’intensité que je voulais et des mouvements qui me faisaient plaisir. Je tournais entre 3 à 4 petites sessions mais avec une intensité faible.

J’ai également eu un système immunitaire très faible donc j’ai parfois dû stopper les entraînements.

 

Pourtant c’était la partie facile, maintenant c’est le plus compliqué : tout reconstruire et repartir de zéro en n’ayant plus de bébé.

Quelles-ont été les réactions des gens ?

Au départ, j’ai eu des réactions comme « tu es sûre que tu peux faire ça ? ». Il a fallu que je prenne confiance en moi en me disant « je connais mon corps, je sais ce que je peux/ne peux pas faire. »

Ensuite, je me suis parfois stressée à cause de commentaires du genre « attention sinon à 7 mois tu seras alitée ». Du coup, au début, je ne parlais pas trop du fait que je m’entraînais, je n’ai pas trop posté sur le net.

 

Plus tard, quand j’ai commencé à poster, j’ai eu des commentaires très positifs « waouh, je suis admirative etc. » surtout de femmes étant passées par là et connaissant la difficulté d’être enceinte (fatigue, poids, hormones qui jouent etc.). C’était motivant !

emi 10 semaines

Quand as-tu dû arrêter le sport ? Et quand et comment peux-tu reprendre ?

J’ai arrêté le jour de mon accouchement ! Accouchement le 30 mars, dernier entraînement le 28 !

 

Post accouchement, 3 semaines d’arrêt complet à ne rien faire du tout. Ensuite, j’ai recommencé à marcher, à faire des exercices d’abdos (respiration ventrale + exos pour le diastasis) et j’ai fait du vélo d’appartement. Je n’ai fait que ça pendant 3 semaines pour ne rien faire de mal avant de voir le gynéco et qu’il dise que tout est ok.

 

A l’heure où je réponds à cette interview, je suis dans ma période de rééducation. J’ai écouté mon corps et j’ai commencé les mouvements au poids du corps (squats, push-up à genoux, …). L’important est d’effectuer des mouvements corrects, sans mettre d’hyperpression dans les abdos. J’essaye de mettre de l’intensité dans les mouvements dans lesquels je peux aller vite (vélo, squats à vide) pour transpirer et perdre du poids. Objectif : perdre les kg en trop. En parallèle, je fais ma rééducation périnée et diastasis. Et tout se passe bien !

 

Cependant, je sens dans les abdos que je ne peux pas faire certains mouvements et je reste à l’écoute de mon corps. Je ne veux pas avoir une descente d’organe ! J’arrive à re-bouger sans me faire mal mais je dois être patiente, tout doit se remettre dans l’ordre, ça va prendre plusieurs semaines, plusieurs mois. Je ne vais plus pouvoir exécuter certains mouvements pendant un moment (course à pied, toes to bar, …).

 

Comme je connais mon corps, je pouvais me permettre de reprendre le sport rapidement. Pour la plupart des femmes qui n’ont pas conscience de leur corps, il ne faut pas reprendre aussi vite.

La pratique du sport t’a-t-elle été utile ?

Oui au niveau mental et endurance physique pour l’accouchement car j’ai tenu 12h sans péridurale. De plus, comme je connais parfaitement mon corps, j’ai pu bien préparer et sentir mon périnée et donc, n’avoir aucune déchirure !

 

Grâce au sport, je n’ai pas été une « larve » durant ma grossesse, j’ai pu rester dynamique, ça m’a bien aidée. Et pour la récupération, la kiné est très contente car j’exécute bien les exercices.

 

Post accouchement, le sport m’a aidée à reprendre un train de vie un peu normal.

 

Par contre, j’ai eu quelques soucis de dilatation de mon col et il est peut-être possible que cela soit dû à mon plancher pelvien très solide !

emi fin de grossesse

As-tu un conseil pour les futures mamans ?

Continuez une activité sportive mais ne commencez pas le sport enceinte à moins d’être extrêmement bien suivie.

 

Je suis coach donc je savais ce que je faisais mais entourez-vous d’un bon coach et d’un bon kiné qui s’y connaissent. Évitez les pressions dans la sangle abdominal, continuez à bouger pour la circulation du sang (vélo, marcher, petit circuit training) et étirez-vous bien. Ne rien faire dans l’excès, rien qui vous fasse vous sentir mal (tête qui tourne etc.), ne vous surmenez pas avec des entrainements. Faites-vous plaisir dans votre sport et vos mouvements ! Il n’y a plus d’objectif de compétition, de performance.

 

Et accrochez-vous, le plus dur est, de mon point de vue, après. Avec l’enfant qui est là, les nuits perturbées etc., la reprise n’est pas toujours facile. J’ai fait un deal avec mon mari : quand je pourrai reprendre de manière plus intensive, il s’occupera de la petite quand je veux m’entrainer et qu’on ne sait pas s’entrainer ensemble.

Un dernier mot pour nos lecteurs/lectrices ?

Être une femme c’est super, le corps est capable de choses exceptionnelles ! Je me réjouis de faire le bilan dans 9 mois parce que je pense que j’aurai récupéré mon corps.

 

Ne vous cachez pas derrière des excuses et soyez honnête avec vous-même. Oui vous avez moins bien mangé, oui il y a la fatigue mais on peut se bouger et le papa (ou la 2eme maman) est aussi là pour aider !

 

Il faut revenir à de bonnes habitudes mais il faut aussi profiter !

emi 3 semaines

***

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.